Logo A Tout Atout
Logo Céramique 14


Céramique d'Art : Article parue dans la Revue de La Céramique et du Verre (janvier-février 2011) (02/05/2011)

L'échappée du fantastique au salon Céramique 14

Claire Roger Noemi Niederhauser Dorothée Loriquet Christian Legendre Ursula Vogel
Johanna Monnier Joan Serra Gabrielle Baecile Vieljeux

Céramique 14, l'événement parisien automnal désormais incontournable nous offre souvent l'occasion de belles découvertes. Cette année ce furent d'abord quatre Suisses de la jeune génération au titre de pays invité, accompagnés de travaux d'élèves de l'école supérieure d'arts appliqués de Vevey. Parmi la multiplicité des expressions, le développement d'une tendance au fantastique est venu s'ajouter aux mouvements de fond que sont l'alchimie du matériau et la céramique construite.

Le lieu, la salle des fêtes du 14e arrondissement, est un bel espace des années 1930 en haut d'un grand escalier à ferronneries et tapis rouge. L'aménagement, des panneaux articulés, est plutôt ingrat mais les exposants s'en accommodent très bien. La sélection, internationale, est faite sur dossier par la petite équipe de l'association À tout atout, la céramiste Laurence Crespin y apportant une contribution essentielle.

Un nombre conséquent d'exposants a présenté des créations qui puisent leur potentiel d'expression et de renouvellement dans l'histoire de la céramique et dans la richesse de son matériau. C'est d'ailleurs sur les pièces de Joan Serra, carrées noires, blanches ou brûlées en surface, qui craquent et se lézardent et semblent encore en métamorphose que s'est porté le prix du jury. Le céramiste espagnol joue sur les réactions à des températures différentes des terres et des matières mises en forme sur des éponges qui brûlent à la cuisson. Partie du bol japonais, Élodie Verdure travaille également ses formes aux limites de la matière. Une pièce retenait surtout l'attention, en grès chamotté émaillé enfumé comme une peau ancienne. Jeux de matière aussi mais d'un autre genre, avec une curieuse pelote de Mia Llander-Vinal, faite de cercles de porcelaine et de fils de coton se déployant en mobile immense.

La métaphore du végétal, du minéral et de l'organique, toujours présente, se déploie en grosses « graines » alvéolaires bicolores travaillées à l'aiguille (Doris Becker), en puissantes pièces sphériques enfumées (Rebecca Maeder), en concrétions tubulescentes et alvéolées blanches ou rousses (Gabrielle Baëcile) ou en formes souples, molles et ouvertes, exprimant à la fois l'espace et le mouvement (Dorothée Loriquet). Michel Téqui présentait ses dernières pièces, de profonds bols bivalves blancs entre tension et souplesse tandis que Daniela Schlagenhauf poursuit sa quête d'expressions nouvelles entre écriture et plasticité du ruban de porcelaine.

Toujours nombreux sont les céramistes tournés vers la forme construite. Marianne Abergel, architecte convertie à la céramique, modèle d'amples formes claires à orifices tubulaires dont la rigueur est tempérée par le modelage et la matière, un grès engobé. Les grandes stèles en grès engobé de porcelaine et percées d'orifices de Christian Faillat ressemblent à des architectures épurées. Le Prix du public est allé aux plaques de faïence blanche finement moulées de visages géométriques de Jeanne Bonnefoy-Mercuriali qui présentait aussi des figures de terre sombre dans la même stylisation et patinées.

Mais une tendance s'affirme visiblement, le fantastique. Ce dernier inspire depuis longtemps les grandes formes tentaculaires et spiralées en grès engobé d'Agnès Debizet. Il se retrouve dans nombre de créations : dans le bestiaire menaçant de Christian Legendre, dans les toucans-baleine de Capri, dans la petite humanité zoomorphique silencieuse et douce de Myung-Joo Kim, dans les paysages lunaires de Elisabetta Gendre et dans les gros coléoptères verts en porcelaine coulée inspirés de Kafka de Ursula Vögel (toutes deux suisses). Les micromosaïques de terre étranges comme des objets rituels de plumes et de perles de Claire Roger ont obtenu le Prix spécial du jury. On le repérait aussi dans les travaux de fin d'année de certains élèves de l'école de Vevey comme les compositions surréalistes de Noemie Niederhauser associant partition musicale et assemblée de corbeaux ou les personnages grandeur nature issus des contes de fée de Johanna Monnier.

Dernier thème contemporain : le corps. Laure Gonthier (Suisse) l'a entrepris tout en délicatesse avec des organes de porcelaine blanche habillés de caoutchouc ou de bandes brodées de vaisseaux sanguins rouges, tandis que Elsa Alayse en fait un thème miniature fabuleux à travers l'ex-voto.

La tradition était peu mais bien représentée avec les sigillées nuageuses de Philippe Buraud ou les nouvelles porcelaines blanches ocellées de rouge de cuivre tournées en grande finesse de Marie- Laure Guerrier. Au chapitre des pièces peintes, citons les grandes boîtes de Karima Duchamp et les stèles de Laurent Dufour qui développe aussi toute une thématique autour de la tête humaine.

Carole Andréani (La Revue de La Céramique et du Verre)
(Photos : Gaëtane Fiona Girard)

Lien vers l'article au format pdf
Lien vers le site de La Revue de la Céramique et du Verre